Il faut sauver le soldat Noël...

Il faut sauver le soldat Noël...
Il faut sauver le soldat Noël...

Petit papa Noël quand tu descendras du ciel, mets bien ton masque mais ne t’inquiète pas pour ton autorisation de déplacement, elle n’est plus obligatoire. Noël est sauvé mais à certaines conditions et on est loin du déconfinement total espéré par bon nombre. Dès le 15 décembre, un couvre-feu est instauré de 20 heures à 6 heures sauf pour le réveillon du 24 décembre. «Nous autorisons les déplacements pour la soirée du 24 décembre mais en rappelant la règle de pas plus de six adultes à la fois», a précisé le Premier ministre, Jean Castex, lors de sa prise de parole le 10 décembre dernier en fin d’après-midi. Les fêtards de la nouvelle année vont devoir ronger leur frein, car le couvre-feu sera bien maintenu le soir de la SaintSylvestre. «Cette soirée concentre tous les ingrédients d’un rebond épidémique», assure le Premier ministre. Les autres jours, les autorisations de déplacement ne seront donc plus obligatoires et les déplacements dans tout l’Hexagone seront autorisés avec pour seule obligation de respecter le nouveau couvre-feu. Le serrage de vis que certains ont craint, se traduit par un genre de compromis histoire de ne pas gâcher les fêtes et surtout ne pas attiser la grogne ambiante qui aurait pu tout simplement imploser si des mesures plus restrictives avaient été prises. Le soldat Noël est donc sauvé, quoi qu’il en coûte. Les traditionnelles courses frénétiques bien connues devraient donc avoir lieu. Les commerces anciennement «non essentiels» ne peuvent que s’en réjouir tout comme les temples de la grande distribution. Le contrôle du respect des gestes barrières dans ces lieux sera d’ailleurs renforcé car il est plus que certain que l’affluence risque d’être de mise. Avec une propagation du virus qui continue, la nouvelle stratégie de déconfinement du gouvernement se veut adaptée «histoire d’éviter le risque d’un troisième confinement.» Au moins, les Français passeront des fêtes presque normales. Une petite pause avant un début d’année 2021 qui, sans avoir débuté, laisse planer bon nombre d’incertitudes…