La baisse des défaillances d'entreprises s’est poursuivie en 2021

Les données des greffes des tribunaux de commerce attestent d’une nette progression du nombre des créations d’entreprises en 2021, conjuguée à une forte hausse des radiations et à un niveau toujours très bas des procédures collectives.

D’après le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce : «la crise sanitaire n’a pas freiné l’envie d’entreprendre, au contraire.»
D’après le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce : «la crise sanitaire n’a pas freiné l’envie d’entreprendre, au contraire.»

D’après l’édition 2021 du Bilan national des entreprises établi par le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce et l’institut d’analyse économique Xerfi, «la crise sanitaire n’a pas freiné l’envie d’entreprendre, au contraire», a constaté Laurent Frelat, vice-président de Xerfi Specific, lors de la présentation de ce baromètre annuel à la presse, le 21 janvier dernier. Malgré la pandémie, «les créations d’entreprises ont encore fortement progressé en 2021.» En parallèle, «les radiations se sont envolées» et «les procédures collectives se sont de nouveau inscrites en forte baisse sur un an.»


Une nette reprise de la croissance

En 2021, «l’économie française a enregistré une nette reprise après le trou d’air de 2020», renouant avec des niveaux d’avant la crise, qui «ont permis au PIB d’afficher une croissance de 6,7 % en 2021.» Cette reprise s’est notamment traduite par une forte poussée des embauches, au point qu’il est devenu difficile de recruter dans certains secteurs. Côté entreprises, «le taux de marge demeure élevé, de l’ordre de 30 %», l’investissement «continue de progresser» et les trésoreries «préservent leurs hauts niveaux.» Et bien que le climat sanitaire demeure incertain, «les dernières informations à ce sujet laissent entrevoir le bout du tunnel.»


Les créations d’entreprises en hausse de
plus de 30 %

En 2021, les créations d’entreprises ont enregistré une hausse de 30,3 % par rapport à 2020. On constate par ailleurs «un rajeunissement des créateurs d’entreprise» : l’âge moyen des nouveaux dirigeants est ainsi passé de 41,1 ans en 2018 à 39,7 ans en 2021. Comme en 2020, «le secteur du transport et de l’entreposage a connu un véritable essor», porté principalement par la livraison à domicile (près d’une entreprise créée sur sept en 2021), et le e-commerce spécialisé. Les deux autres secteurs qui ont enregistré une forte hausse l’an passé sont l’enseignement, la santé et l’action sociale et celui des activités financières et d’assurances. Mais c’est dans le domaine des activités immobilières que le nombre des nouvelles immatriculations reste néanmoins le plus important (19,9 % du total), devant le commerce (17,2 %), le transport et l’entreposage (15,9 %), le conseil et les services aux entreprises (13,1 %), suivis de la construction (7,3 %) et l’hébergement et la restauration (5 %). Comme en 2020, cette vitalité entrepreneuriale «a été tirée par l’auto-entrepreneuriat» : 35,8 % des créations sont des entreprises individuelles.


Une forte poussée des radiations

Le nombre de radiations s’est envolé en 2021 avec une augmentation de 30,7 % par rapport à 2020. Toutes les catégories ont progressé : les radiations volontaires (47,3 % de l’ensemble), les radiations à la suite d’une procédure judiciaire (34,4 %) et les radiations d’office (15,8 %). Le secteur du commerce concentre à lui-seul 22,9 % de l’ensemble de ces radiations, devant les activités immobilières, le conseil et les services aux entreprises, la construction, l’hébergement et la restauration, le transport et l’entreposage. Il est très probable que «certaines entreprises, déjà en difficulté avant la crise, ont épongé leurs dettes grâce à une trésorerie reconstituée», via les aides gouvernementales, et «préféré jeter l’éponge et fermer leurs portes en bénéficiant ainsi d’un effet d’aubaine», a pointé Laurent Frelat.


Net recul des défaillances d’entreprises

Grâce aux dispositifs de protection déployés par l’État et leur effet d’amortisseur de la crise sanitaire, le nombre d’entreprises en difficulté est resté à un niveau très bas en 2021 (- 10,8 % sur un an), encore inférieur à celui de 2020, qui était déjà historiquement bas. Sur un total de 24 469 ouvertures de procédures collectives sur l’année, les liquidations judiciaires représentent environ 80 % des procédures, les redressements judiciaires 18,7 % et les procédures de sauvegarde 2,4 %. Cette baisse concerne quasiment tous les secteurs d’activité, mais la construction et le commerce ont représenté à eux-seuls plus de 44 % de l’ensemble des procédures collectives ouvertes en 2021.

Miren LARTIGUE

Les greffiers des TC peuvent communiquer des informations à la DGFiP

La loi de Finances pour 2022 habilite les greffiers des tribunaux de commerce à transmettre de leur propre initiative à l’administration fiscale (DGFIP) et aux douanes des informations et documents recueillis dans le cadre de l’exercice de leurs missions et laissant présumer une fraude fiscale ou une manœuvre quelconque ayant pour objet ou pour résultat de frauder ou de compromettre un impôt. Jusqu’à présent, ils n’étaient soumis à un droit de communication que sur demande de l’administration.

M.L.