La filière bois cumule enjeux écologiques et économiques

Avec près de 400 000 emplois et un rôle majeur en matière écologique, la filière bois met en avant ses revendications pour déployer une activité qui rencontre de nombreux obstacles, dont la difficulté à recruter.

Les représentants de la filière ont présenté leur «Manifeste» pour les élections 2022 qui réaffirme l’importance économique, environnementale et sociale de la forêt et du bois pour le futur quinquennat.
Les représentants de la filière ont présenté leur «Manifeste» pour les élections 2022 qui réaffirme l’importance économique, environnementale et sociale de la forêt et du bois pour le futur quinquennat.

Plaidoyer pour le bois. Le 2 février, les représentants de la filière ont présenté leur «Manifeste» pour les élections 2022, «qui réaffirme l’importance économique, environnementale et sociale de la forêt et du bois pour le futur quinquennat, à travers 23 propositions.» Celles-ci se déclinent selon plusieurs axes qui ont été jugés prioritaires. Parmi eux, figure en bonne place le développement de la filière et de ses capacités industrielles. «Il faut être à la hauteur de la demande qui augmente dans le monde entier. Nous devons augmenter nos capacités de production, et la valeur ajoutée de notre production», avance Jean-Michel Servant, président de France Bois Forêt. Souci, la filière est principalement composée de petites et moyennes entreprises qui peinent à accéder aux financements utiles, comme ceux prévus par le PIA, Programme d'investissements d'avenir, d'après Frédéric Carteret, président de France Bois Industries Entreprises. «Nous ne sommes pas en mesure de boxer dans cette catégorie. Essayer de demander une subvention liée au PIA.... c'est du costaud ! Nous avons besoin d’être aidés de façon simple, avec une fiscalité simplifiée, moins pesante», avance-t-il. Toujours dans le but de développer la filière, emploi et recrutement constituent un autre enjeu fort. D'après les professionnels du bois, les trois quarts des postes de charpentier disponibles ne trouvent pas preneurs, par exemple. «Nous sommes bien conscients du manque d'attractivité» de la filière, explique Jean-Michel Servant. Pour lui, l'une des clés réside dans la formation qu'il faudrait faire évoluer, avec un renforcement ultérieur de l'apprentissage et une autonomie accrue des partenaires sociaux dans la gestion de la formation professionnelle. Au total, la filière du bois représente 60 milliards d'euros de chiffre d'affaires, réalisés par quelque 60 000 entreprises. Et le secteur cumule 450 000 emplois, dont 395 000 directs.


Concilier le temps de l'économie et celui de l'écologie

Enjeu économique non négligeable, la filière constitue également un double enjeu écologique, ce qui appelle plusieurs mesures publiques, d'après ses représentants. Tout d'abord, le bois est «stratégique pour réaliser les objectifs de décarbonation de l'économie», rappelle Frédéric Carteret. Dans le secteur du bâtiment, en particulier, qui constitue la moitié des débouchés de la filière, le bois fait partie des matériaux biosourcés encouragés par la réglementation environnementale RE2020, juste entrée en application. Un dispositif qui a «fondé un nouvel élan» pour la filière, juge Frédéric Carteret. À ce titre, il s'inquiète de la consolidation de ce nouveau cadre. «Nous voulons interpeller les pouvoirs publics sur la clause de revoyure», annonce-t-il. Cette clause, qui a été prévue à chaque étape du plan pourrait s'avérer dissuasive pour les professionnels, qui hésiteraient à s'engager. Autre demande, «la commande publique doit montrer l'exemple», estime Frédéric Carteret. État et collectivités locales devraient se montrer plus proactifs pour favoriser les matériaux biosourcés dans leurs achats, quel que soit le marché (cartons, rénovation, construction...). Deuxième facette de l'enjeu écologique que constitue la filière bois, l’existence de la forêt, tout simplement... À ce sujet, «nous subissons le changement climatique, mais nous sommes une partie de la solution», rappelle Jean-Michel Servant. La forêt, en effet, subit tempêtes et crises sanitaires, comme celles qui ont touché les épicéas. Et les changements climatiques qui la menacent vont encore s'accentuer. Des investissements importants sont nécessaires pour mettre en œuvre les moyens nécessaires à contrer leurs effets, notamment en matière de prévention des incendies. «Il y a un enjeu fort à adapter nos forêts au climat de demain», souligne Jean-Michel Servant. Par exemple, en 2050, le climat de Paris sera celui de Séville aujourd'hui. Une évolution à prendre en compte avant de planter un arbre destiné à vivre centenaire. Et l'enjeu écologique doit être concilié avec celui économique. «Sur le temps de la construction, on réfléchit de deux à cinq ans, alors qu'avec la forêt, on gère un temps multigénérationnel», remarque Jean-Michel Servant.

Anne DAUBRÉE