Le Conseil départemental veut une accélération

Le Conseil départemental veut une accélération
Le Conseil départemental veut une accélération

Dépistage, vaccination ! Un coup de booster est demandé par bon nombre d’élus locaux à l’image de Valérie Beausert-Leick, présidente du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle. «Il est nécessaire de mettre en place des mesures qui permettent de limiter la pression trop forte qui s’exerce sur les hôpitaux et de préparer au mieux la phase de vaccination afin qu’elle soit la plus rapide et efficace possible. Les Meurthe-et-Mosellanes et les Meurthe-et-Mosellans ont besoin de retrouver des perspectives, d’être rassurés, de sentir qu’on approche d’un après.» Les services du conseil départemental travaillent depuis la fin décembre sur un recensement des besoins en matière de dépistage et de vaccination qui concerne l’ensemble des publics à risques et des professionnels en première ligne. «Les sapeurs-pompiers, les aides à domicile ne doivent pas être oubliés», indique la présidente, qui observe que si trois centres de vaccination seront ouverts dans la Métropole du Grand Nancy, «il doit être possible de mobiliser également les hôpitaux locaux de Lunéville, Toul, Pont-à-Mousson, Val de Briey et Mont-Saint-Martin.» Ce travail est effectué sous l’égide de l’État et de l’Agence régionale de santé, en lien avec les communes et les intercommunalités. «Notre souhait d’un confinement spécifique à notre région n’a pas été entendu, nous n’attendons pas pour être prêts. Nous n’oublions pas que nous devons aussi multiplier les dépistages, notamment en milieu rural et dans les secteurs où il y a pénurie de médecins. Un bus COVID devrait être affrété. Nous sommes attentifs à ce que les personnes puissent bénéficier du même service quel que soit leur lieu de travail ou de domicile.»