Le jour d’après

Le jour d’après
Le jour d’après

Si le déconfinement progressif est annoncé pour le 11 mai prochain, nombreux sont ceux qui se préparent dès à présent au «retour à la normale». Et c’est indispensable. Pour les spécialistes de la gestion de crise comme le cabinet Iremos  «une stratégie qui consisterait à attendre les consignes des autorités locales pour agir ne peut être que dommageable. Pour éviter le sur évènement et gagner du temps sur le redémarrage d’activité, c’est aujourd’hui que les décideurs et professionnels doivent préparer leur entreprise au jour d’après.» Et la tâche n’est pas simple quand on sait que les secteurs d’activités ne sont pas impactés de la même manière et que les marchés mondiaux sont à des stades différents de la pandémie. Julie Vallée, directrice associée de Iremos, a identifié huit axes pour guider les entreprises dans la préparation de la reprise post-confinement. Tout d’abord, avoir une vision globale de la situation pour bien comprendre le jour j, puis anticiper le jour d’après en ajustant et en élaborant différents scénarii de reprise. «Il est intéressant d’étudier les évolutions de foyers épidémiques plus anciens pour estimer le facteur temps.» Vient ensuite la structuration du processus de reprise en déterminant les activités à redémarrer en priorité, puis sélectionner les activités clés à préserver pour l’entreprise, mettre les ressources humaines et matérielles adéquates à disposition. Place ensuite à la définition des conditions du retour à l’activité, mettre en place une discipline quasi militaire en œuvre et enfin communiquer. «Le succès de la reprise repose sur l’adhésion de tous qui ne sera rendu possible qu’avec la mise en œuvre d’un plan de communication continue, à destination tant des parties prenantes internes qu’externes.» La sensibilité, la solidarité, et l’investissement personnel doivent aussi être des leviers permettant de faire le pas vers des jours meilleurs.